Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

La « diplomatie de lettres et de cadeaux » des rois du Dahomey

La « diplomatie de lettres et de cadeaux » des rois du Dahomey

Auteur(s) : Oloukpona-Yinnon Adjai Paulin ;

La tradition des rois du Dahomey d´offrir comme  « cadeaux diplomatiques » des trônes royaux sculptés a abouti à la circulation de plusieurs objets d´art entre l´Afrique d´une part, et l´Europe et l´Amérique d´autre part. De nos jours, cette tradition soulève au moins deux question : combien d´objets royaux en provenance du Dahomey se trouveraient à l´étranger, dans des collections privées ou dans des musées d´Europe ou d´Amérique, et ces objets rentrent-ils dans la catégorie des biens culturels qui doivent être rapatriés dans leurs pays d´origine ? Par ailleurs, lorsque de tels objets se retrouvent dans des expositions, sans la correspondance qui les accompagnaient à l´origine, ils peuvent évidemment donner lieu à diverses interprétations.

Cette double problématique est abordée dans la présente proposition de contribution à l´aide de photographies des cadeaux que le roi Adandozan offrit en 1810 au roi du Portugal en exil au Brésil. On retrouve d´ailleurs des objets similaires – voire identiques – offerts par le roi Béhanzin à l´empereur allemand en 1891. À chaque fois, les cadeaux royaux étaient accompagnés d´une correspondance diplomatique qui indique –aussi clairement que possible- comment comprendre le geste royal. La présente proposition de communication envisage d´explorer la  problématique du malentendu qui découle de la situation créée par ces objets qui se retrouvent actuellement dans des musées en Allemagne et au Brésil.

 

 


Mot-clé : correspondance politique, Danhomê, malentendus., et présents royaux
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Circulation et enjeux culturels et politiques des objets ethnographiques, le cas de la photographie coloniale / “Circulation and cultural and political challenges of ethnographic objects, the case of colonial photography”

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020