Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Analyser les circulations commerciales dans les Suds de manière frontale. Essais ethnographiques et théoriques

Analyzing the complexity and variability of commercial circulations in the South. Ethnographic and theoretical experiments

Auteur(s) : Blaszkiewicz Hélène ;

Résumé en Français

L’objectif de ce panel est de susciter des propositions théoriques et méthodologiques permettant une analyse fine des circulations commerciales dans les Suds, en faisant apparaître leur complexité et leur variabilité. En prenant en compte l’ensemble des composantes du mouvement commercial (marchandises, acteurs, infrastructures, représentations sociales, rythmes, etc.), les communications de ce panel répondront à deux interrogations centrales.

English summary

The aim of this panel is to call for theoretical and methodological proposals that allow a fine-grained analysis of commercial circulations in the South by showing their complexity and variability. Taking into account all the components of trade flows (goods, actors, infrastructures, social representations, rhythms, etc.), the participants to this panel will answer two central questions.


Argumentaire en Français

Afin d’enrichir l’aspect méthodologique et épistémologique de l’analyse des circulations commerciales dans les Suds, ce panel se propose de réfléchir aux mouvements de marchandises de manière frontale, en prenant en compte l’ensemble des composantes du mouvement commercial (marchandises, acteurs, infrastructures, représentations sociales, politiques, temporalités, etc.). L’objectif est d’étudier les alternatives théoriques et méthodologiques dont nous disposons pour faire apparaître la variabilité et la complexité des mouvements de marchandises dans les Suds.

L’étude des circulations commerciales dans les Suds, et particulièrement en Afrique, rencontre plusieurs écueils. En effet, on remarque tout d’abord que les études quantitatives sont limitées, de par l’absence ou la non-fiabilité des chiffres disponibles sur les circulations commerciales. Le continent africain, comme un bon nombre d’espaces qualifiés de « marginaux » dans la mondialisation des échanges, est ainsi relégué aux marges des analyses quantitatives. En ce qui concerne les études qualitatives portant sur les circulations commerciales africaines, on remarque qu’elles se heurtent souvent à un problème de cloisonnement des littératures : un cloisonnement par échelle empêche de saisir la complexité de certaines circulations commerciales (comme la multinationalisation des circulations de biens alimentaires ou de consommation courante, par exemple), et un cloisonnement par acteurs empêche de repérer les entremêlements de logiques et les configurations public / privé qui se nouent autour des circulations de marchandises.

Le panel a donc pour objectif de réfléchir à la façon d’étudier concrètement et frontalement la circulation des choses dans les Suds et leur variabilité, autour de deux grandes problématiques.

Premièrement, comment étudier les marchandises en mouvement sur le terrain ? Quels regards adopter pour rendre compte des circulations, de leurs variations spatiales et temporelles et des configurations d’acteurs se mobilisant autour d’elles ? Les communications pourront, à partir de cas d’études précis, discuter les dimensions méthodologiques et épistémologiques de l’ethnographie des circulations marchandes dans les Suds.

Deuxièmement, quel cadre analytique adopter afin de saisir les mouvements de marchandises dans toute leur complexité ? Sur le terrain, on remarque en effet que les circulations de marchandises sont variées, que tous les objets ne circulent pas avec la même vitesse ou avec la même fluidité, en fonction des acteurs qui les animent ou des temporalités (saisonnières, politiques) des circulations. Quel modèle permettrait d’en rendre compte, tant dans l’écriture scientifique que dans la construction théorique ? Quelle typologie adopter, sans faire retomber l’analyse dans des conceptions scalaires trop segmentées ? Les communications pourront proposer des idéaux-types ou des classements des circulations commerciales, à partir de leurs cas d’étude.

Ce panel est ouvert aux chercheur·e·s de toute discipline des sciences sociales : il sera l’occasion de discuter de l’objet circulations de manière interdisciplinaire. L’ensemble des communications auront cependant à cœur d’étudier toutes les composantes du mouvement marchand : infrastructures matérielles et immatérielles, temporalités, itinéraires, politiques publiques et actions privées, représentations sociales et idéologies, etc. Tous ces éléments seront pris en compte de manière frontale, afin de rendre compte de la complexité et de la variabilité des circulations marchandes.


English argumentary

In order to enrich the methodological and epistemological aspect of the analysis of commercial circulations in the South, this panel proposes to reflect on the movement of goods in a frontal way, taking into account all the components of the trade movement (goods, actors, infrastructures, social representations, politics, temporalities, etc.). The aim is to study the theoretical and methodological alternatives available to us in order to reveal the variability and complexity of the movement of goods in the South.

The study of commercial flows in the South, and particularly in Africa, suffers from several pitfalls. Indeed, quantitative studies have obvious limitations, given the absence or unreliability of the available figures on commercial flows (Hibou and Samuel, 2012). The African continent, like many of the so-called “marginal” spaces in globalization studies, is thus relegated to the margins of quantitative analysis. With regard to qualitative studies of African trade circulations, they often face the problem of compartmentalized academic and policy debates: a separation by scale prevents us from grasping the complexity of certain commercial circulations, and a separation by actors prevents the identification of the interweaving of logics and the public/private configurations that are generated around the movement of goods.

The panel therefore aims to think about how to concretely study the commercial flows in the South and their variability, around two major questions.

First, how do we study goods in motion in the field? What eyes should we take to account for circulations, their spatial and temporal variations and the variability of actors mobilized around them? The participants will discuss the methodological and epistemological dimensions of the ethnography of commercial circulations in the South, based on specific case studies.

Second, what analytical framework can we adopt in order to capture the movements of goods in all their complexity? On the ground, we often notice that commercial circulations vary a lot: not all goods circulate with the same speed or with the same fluidity, depending on the actors who animate them or the temporalities (seasonal, political) when they occur. What model would account for it, both in scientific writing and in theoretical construction? What typology to adopt, without making the analysis fall back into too segmented scalar designs? Participants will propose ideal types or new categorizations of commercial circulations, based on their case studies.

This panel is open to researchers from all disciplines of the social sciences: it will be an opportunity to discuss the object of circulations in an interdisciplinary way. All participants, however, will be keen to study all the components of the trading movement: material and intangible infrastructures, temporalities, itineraries, public policies and private actions, social representations and ideologies, etc. All of these elements will be taken into account in order to reflect the complexity and variability of the commercial flows in the field.

 

 

 

 


Communications du panel

Proposer une communication dans ce panel

Contacter les responsables du panel par email


Voir tous les panels du colloque Apad colloque 2020