Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Construction d’une idéologique islamique dans les campus de Point-G et de Badalabougou à Bamako (Mali)

Auteur(s) : TIMBELY SEKOU SALA ;

 

Le milieu universitaire offre aux jeunes étudiants l’occasion d’acquérir des connaissances livresques mais aussi de prendre position par rapport aux grandes idées qui gouvernent le monde. L’idéologie marxiste-léniniste a eu du succès auprès des mouvements estudiantins africains, à côté de cette idéologie politique athéiste des idéologies religieuses sont en train d’émerger dans les campus ouest africains, le pentecôtisme et le salafisme/wahhabisme en sont des exemples (Lebeau, 1997 ; Camara, 2016 ; Sounaye, 2017). Cependant ni l’idéologie marxiste-léniniste, ni les idéologies pentecôtiste et salafiste/wahhabite ne sont des créations exclusivement africaines. Le marxisme-léninisme et le pentecôtisme sont d’émanation occidentale alors que le salafisme/wahhabisme vient du monde arabe. Il serait intéressant de documenter les dynamiques pouvant naître des manifestations de ces différentes idéologies dans un même espace universitaire.

Les campus universitaires de Point-G et de Badalabougou à Bamako connaissent les manifestations de l’idéologie marxiste-léniniste à travers les actions de l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM). Les dits campus sont également investis par des associations estudiantines religieuses dont la Ligue Islamique des Elèves et Etudiants du Mali (LIEEMA) qui poursuit une idéologie d’orientation salafiste/wahhabite. La spécificité de la LIEEMA en tant qu’organisation d’orientation salafiste/wahhabite vient du fait qu’elle se construit une idéologie à partir des valeurs occidentales et des valeurs arabo islamiques (Camara, 2015).

Par quels processus l’idéologie salafiste/wahhabite circule vers le milieu universitaire ? Qui sont les acteurs impliqués dans le processus de circulation ? En quoi l’idéologie lieemiste emprunte aux « valeurs occidentales » ? Comment les acteurs perçoivent les emprunts aux « valeurs occidentales » ? En quoi les manifestations de l’idéologie lieemiste influencent le fonctionnement des institutions universitaires de Point-G et de Badalabougou à Bamako.

Ces questions représentent autant de pistes à approfondir au moyen d’enquêtes de terrain de type qualitatif. Les données produites serviront de matériaux pour finaliser la présente proposition de communication. La proposition s’inscrit en droite ligne de l’axe de réflexion : « que fait la circulation aux choses ? » puisqu’il s’agit de rendre compte du processus d’hybridation débouchant sur un modèle idéologique inédit.

Reference bibliographique

Camara, E. H. M. S., & Bodian, M. (2016). Islam in the academic sphere in Senegal : The case of Cheikh Anta Diop University in Dakar (UCAD). Contemporary Islam, 10(3), 379‑398. https://doi.org/10.1007/s11562-016-0360-8

Camara, S. (2015). Réislamisation et services publics au Mali : Le cas des universités de Bamako [Master 2 « Ethnologie et anthropologie sociale – Mention Anthropologie »]. École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Lebeau, Y. (1997). Etudiants et campus du Nigeria : Recomposition du champ universitaire et sociabilités étudiantes. Karthala.

Sounaye, A. (2017). Salafi Youth on Campus in Niamey, Niger : Moral Motives, Political Ends. In E. Oinas, H. Onodera, & L. Suurpää (Éd.), What Politics? (p. 209‑229). Brill. https://doi.org/10.1163/9789004356368_014


Mot-clé : campus, idéologie islamique, LIEEMA, et Mali
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Communication hors panel / Non-panel conference paper

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020