Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Les consultants camerounais entre logiques « gombotiques » et les contraintes du métier

Auteur(s) : Mela Oscarine Chimène ;

Patrick 42 ans, est chercheur-consultant depuis bientôt dix ans. Il a construit sa réputation grâce à des aînés qui l’ont initié aux enquêtes de terrain alors qu’il n’était que doctorant. Titulaire d’un doctorat soutenu à l’EHESS autour de  l’ « homosexualité et le sida, à la suite duquel, il a obtenu un master professionnel en sciences de la santé publique, il est par ailleurs enseignant à l’Université de Yaoundé I et l’auteur de nombreuses publications dans des revues de renom. Contrairement aux logiques formelles qui recommandent de déposer les Cv sur les sites des cabinets d’étude, il déclare qu’il parvient à se faire recruter grâce à des réseaux, des relations construites et consolidées à la suite d’une série de missions effectuées au Burkina Faso, au Mali et au Rwanda. Il détient une expertise avérée et recherchée par les cabinets d’étude nationaux mais surtout internationaux qui le sollicitent en tant que socio-anthropologue pour conduire des missions précises. Il a pour rôle d’élaborer les protocoles d’étude, la compréhension des Termes de références sur les comportements, les pratiques et les perceptions des populations cibles. Ses mandats, il les gagne de deux manières, en s’associant aux cabinets mais aussi en négociant individuellement avec les organismes, lorsque l’appel d’offre le spécifie. Il a réalisé de nombreuses missions dont les plus significatives ont été faites avec « Onu-Sida » « Sida action ». L’objectif vise à analyser les comportements des homosexuels, travailleurs de sexe vivant avec le Vih/ Sida. Il est attendu de lui de mener des entretiens, des focus group discussions avec ce public, de produire des analyses Swot  à l’issues desquelles des rapports finaux destinés aux clients sont produits. Pour réaliser ses mandats, il développe ses stratégies, ses arrangements avec d’autres acteurs afin de donner satisfaction aux clients qui ont souvent des exigences difficiles à respecter eu égard au contexte local.

Des profils comme ceux de Patrick sont assez nombreux au Cameroun et traduisent la demande dans le domaine de la consultation en lien avec les méthodes des sciences sociales. Tous ont des expériences uniques, des pratiques de travail particulières qui renseignent sur ce que « être consultant » signifie au Cameroun.

Dans cette contribution qui s’appuie sur des données collectées dans le cadre d’une enquête qualitative, les interrogations qui nous intéressent sont les suivantes : qu’est-ce qu’un consultant ? Comment devient-on consultant ? Comment travaille-t-il ? Comment répartit-il sa triple position d’enseignant, de chercheur et de consultant ? Quelles sont les interactions qu’il développe avec ses commanditaires? Située au croisement des enjeux financiers,  de débrouillardise, et de partage scientifique et d’étiquetage, l’analyse ouvre sur une représentation déséquilibrée du métier de consultant où les commanditaires « blancs » produisent les idées pendant que les consultants « noirs » récoltent les données sur le terrain lesquelles serviront à nourrir leurs réflexions théoriques. Les retombées semblent ainsi davantage profiter aux premiers qui peuvent utiliser les résultats de la recherche pour des éventuelles publications d’articles et d’ouvrages.


Mot-clé :
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Consultants et bureaux d’études : une profession mondialisée à l’épreuve des contextes locaux / Consultants and consultancy firms: a globalized profession confronted to local contexts

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020