Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

La mobilité géographique dans les récits de vie des demandeurs d’asile gays africains, comme moyen d’exploration des déplacements genrés

Auteur(s) : BOUCHETAL PELLEGRI Franck ;

L’étude des récits de vie des demandeurs d’asile gays avant leur départ pour l’Europe, atteste de multiples déplacements dont beaucoup ne sont pas directement liés à des persécutions homophobes. Ce faisant ces mobilités décrites par des hommes, intervenants à des âges et dans des contextes sociaux variés, laissent entrevoir des mécanismes particuliers qu’il semble intéressant d’interroger.

 

Qu’il s’agisse de déplacements liés à la structure familiale, à la scolarité ou aux enjeux socioprofessionnels, ils interfèrent avec la construction de soi et le vécu masculin et homosexuel à de multiples niveaux. Dans leurs explicitations, ils illustrent des mécanismes profonds des sociétés traditionnelles mais attestent également d’évolutions en cours sous la pression des modes de vie occidentaux.

 

Par une analyse fine des récits de 130 demandeurs d’asile gay, mon travail se propose d’explorer les différents déplacements qu’ils décrivent avant leur départ de leur pays pour l’Europe. Il s’appuie sur plus de 170 relocalisations identifiées dans les verbatim et référencées par âge, lieu de départ et d’arrivée, motif et contexte social. Celles-ci concernent plus de 90 garçons venant de différents pays d’Afrique de l’Ouest et appartenant à différents milieux sociaux. L’étude des données permet ainsi d’en analyser la fréquence et les effets sur les parcours personnels dans une logique de recentrage global vers les capitales et de recherche d’accès à des modèles de vie plus occidentaux.

 

Au-delà de la catégorisation de ces mobilités qui permet de mettre en avant certains situations sociales clefs, mon travail explore les justifications données par les garçons pour analyser en quoi ces déplacements sont liés à l’identité de genre et à la construction homosexuelle. Ils montrent ainsi qu’au-delà des contraintes sociales et des pressions diverses, ils s’inscrivent dans une logique d’individualisation et de cherche de développement de soi qui mêlent les représentations traditionnelles et occidentales.

 

Malgré les différences individuelles liées aux milieux d’origine et aux pratiques religieuses, l’ensemble montre des tendances globales qui poussent les garçons à la migration et dans lesquelles chaque relocalisation semble une étape supplémentaire dans la construction de soi et la prise de distance avec le milieu d’origine. Ce procès d’autonomisation et d’inviduation qui apparait central dans les récits, permet d’envisager ces déplacements comme un processus initiatique d’apprentissage qui concours à préparer le garçon à sa migration ultime vers l’Europe.

 

Ainsi, nous montrerons ainsi comment ces déplacements multiples peuvent être envisagés non pas comme des événements faisant rupture dans la vie des garçons, mais comme des moments de passage dans un parcours de construction de soi personnel articulant les modèles culturels traditionnels, les évolutions de la société en cours, les représentations de la masculinité et le vécu de l’homosexualité.


Mot-clé : Afrique, déplacements, Genre, et homosexuels
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel L’espace du genre : circulations de corps et d’objets sexués dans le Sud global /

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020