Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Engagements citoyens et restauration du paradigme de l’engagement communautaire dans la gouvernance de l’épidémie d’Ebola en République de Guinée

Auteur(s) : DIOUF Waly ;

Cette communication porte sur un retournement de paradigme dans le cadre de la gouvernance de la lutte contre Ebola en République de Guinée (2014-2016). Dans le contexte de la réponse internationale à cette épidémie, les organisations internationales et celles non gouvernementales dédiées à la santé, ont d’abord mis à l’écart les communautés locales, leurs connaissances et les dynamiques socio-culturelles, pour de “bonnes” raisons sanitaires. Bien que les directives internationales prônent depuis longtemps l’engagement des communautés dans la lutte contre les épidémies, le dispositif de lutte a imposé des modes opérationnels ne permettant pas aux populations d’assumer leurs responsabilités. Les protocoles, principes et pratiques des équipes internationales, orientés vers la gestion du risque épidémiologique en République de Guinée ont minoré, voire peu reconnu les capacités et pratiques des communautés afin de gérer le risque social autour de cette maladie. Pour des raisons qui relèvent de l’étiologie (causes et conditions de transmission) de la MVE, les populations « saines » devaient être mises à l’écart des protocoles de soins et les rites funéraires réduits à la portion congrue des technologies d’inhumations dites sécurisées.

Divers groupes sociaux composés en particuliers de jeunes, de femmes mais aussi de la diaspora guinéenne dont la mobilisation était peu attendue, sont montés au-devant de la scène pour mobiliser leurs pairs, afin de les replacer au cœur de la lutte contre l’épidémie. Ces communautés épistémiques, du fait de leur légitimité reconnue, de leurs capacités de critiques et d’initiatives, ont initié diverses actions pour contester, participer à la lutte et protéger leurs localités d’Ébola. Cet engagement des “cadets sociaux”, loin des mobilisations prescrites soit par les pouvoirs publics soit par les partenaires internationaux, a aussi poussé le dispositif de la Riposte à reconnaître et à intégrer les savoirs locaux aux impératifs sanitaires de la gestion d’une épidémie, à humaniser leurs pratiques dans la gestion de la sécurité sanitaire. Ce retournement de situation constitue une restauration du paradigme de l’engagement communautaire dans la gouvernance de lutte contre les épidémies dont le sida a été un exemple emblématique.


Mot-clé : Engagement ; Gouvernance ; Action publique ; Ebola ; République de Guinée
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Circulations de modèles contestataires en Afrique : inspirations, échanges et influences transnationales /

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020