Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Caring for Citizens in Crisis: the role of affect and emotions in instantiating the state during disaster relief interventions in Malawi.

Caring for Citizens in Crisis: the role of affect and emotions in instantiating the state during disaster relief interventions in Malawi.

Auteur(s) : Hendriks Tanja ;

This paper focuses on the role of affect and emotions in everyday practices of governing during disaster relief interventions in Malawi. Arguably, emotions become more foregrounded during a time of crisis, such as in the aftermath of Cyclone Idai that hit Malawi in early March 2019. However, in contradistinction to conceptualizations of crisis as a suspension of ‘the normal’ and bureaucracy as a chiefly rational process, I will argue that emotions and affective connections are central to the instantiation of the Malawi state – both during and outside the context of disasters.

Although globalization and neoliberalism have reconfigured its power, the state continues to be imagined as the legitimate, sovereign and primary provider of security for its citizens. The increased occurrence of climate change-induced disasters in Malawi thus poses a challenge for the aid-dependent state, as it lacks the capacity and resources to provide adequate disaster relief to its citizens without additional external assistance. Following the work of Mitchell (1991) and Bierschenk & Olivier De Sardan (2014), I conceptualise the state as a structural effect of everyday practices by people that make the state work and (appear to) exist. Malawian civil servants, then, perform their jobs in a working environment that is heavily shaped by the interplay between profound dependency and postcolonial sovereignty. This tension is immanent, but experienced more intensely during a time of disasters because of citizens’ acute and numerous claims for assistance combined with the overwhelming lack of resources and the pressure to adhere to humanitarian principles. In addition, the disaster relief interventions that took place in response to Cyclone Idai coincided with the campaign period for the contested (and recently nullified) national tripartite elections that were held in May 2019.

It is in this context that I conducted one year (January 2019 – January 2020) of in-depth ethnographic fieldwork, studying the everyday practices of governing of civil servants responsible for disaster management affairs in a disaster-prone district in southern Malawi. In their daily dealings with humanitarian actors, UN organisations, other civil servants and (affected) citizens, emotions played a central role in their decision-making processes and the production of information. Feelings of indignation, joy, anxiety, outrage, contentment, frustration, sadness, fear, love, disgust and trust shaped the bureaucratic procedures and interactions that took place during (rapid) needs assessments at disaster sites, as well as the subsequent creation and verification of beneficiary lists that were used throughout the relief interventions. Using empirical examples, this paper shows that emotions and affective connections between civil servants, the wider state bureaucracy, the government, humanitarian actors, (I)NGO’s and (affected) Malawian citizens are inherent to the production of bureaucratic facts and the instantiation of the postcolonial Malawi state.


Mot-clé : civil servants, disasters, émotions, governance, et Malawi
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Des États de sentiments. Explorer les enchevêtrements affectifs et émotionnels des fonctionnaires et des citoyens / States of Feeling: Exploring Public Servants’ and Citizens’ Affective and Emotional Entanglements

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020


Le pouvoir des émotions. Les cadres socialistes et les agriculteurs face à la déprise matérielle de l’Etat à Cuba.

Le pouvoir des émotions. Les cadres socialistes et les agriculteurs face à la déprise matérielle de l’Etat à Cuba.

Auteur(s) : AUREILLE Marie ;

La municipalité de Sandino, où j’ai réalisé une ethnographie de 16 mois, est née dans les années 1960 dans le cadre d’un méga-projet du nouvel Etat socialiste. Des milliers d’hectares ont été défrichées et transformées en plantations fruitières pour développer l’exportation vers les pays de l’Est. Sur ce territoire, l’Etat a pris en charge les principaux aspects de la vie économique et sociale : de la production à la consommation en passant par les infrastructures, le logement, les loisirs. Sandino a été considérée comme un modèle de développement rural socialiste. A partir de la chute de l’URSS, Cuba a traversé une grave crise économique et alimentaire, la « Période Spéciale », qui s’est traduite à Sandino par la disparition progressive de la plantation et de son économie. Alors que les champs sont aujourd’hui, pour la plupart, envahis d’espèces invasives, que la plupart des infrastructures tombent en ruines où sont occupées par des squatters, et que l’Etat lui-même a perdu une partie de sa capacité de police et de contrôle effectif de la production agricole, « l’effet de l’Etat » (Mitchell, 2009) est toujours bien présent et infuse les représentations et les conduites des habitants.

A partir de l’ethnographie des politiques étatiques de contrôle des terres et de la production agricole, ce papier vise à mettre en lumière les émotions qui sous-tendent l’engagement et le travail quotidien des agents de l’Etat et celles qui animent les agriculteurs et norment leurs conduites. A Sandino, il semble que les émotions que suscite la « réalité fictive » de l’Etat compensent en partie la perte de capacité de contrôle matériel sur la population et le territoire.

Dans un premier temps, j’analyse le travail bureaucratique effectué par différents dirigeants agricoles locaux, pour contrôler la production agricole et l’usage légal des terres étatiques distribuées en usufruit à des petits agriculteurs. Ce travail quotidien s’effectue avec un manque cruel de moyens et pour un salaire dérisoire par rapport à ce que gagne aujourd’hui un agriculteur. Malgré cela, ces dirigeants, qui aussi des cadres du Parti Communistes, font leurs tournées d’inspection à pied, parfois au prix de leur santé, y consacrent leurs nuits où leurs weekend. Les émotions qui ressortent de leurs discours et des différentes situations d’observations sont avant tout l’orgueil et l’honneur d’appartenir à un groupe sélectif, les militants du parti, l’impression d’œuvre pour un intérêt supérieur – la Révolution – le sens du devoir et du sacrifice. Ces émotions et les actions qui y sont associées permettent également de mettre en scène leur masculinité et leur statut social.

En face les producteurs agricoles usufruitiers de terres perçoivent l’Etat comme une sorte de grand propriétaire terrien absent mais omnipotent qui peut leur retirer leurs parcelles à tout moment. Cette crainte, régulièrement exprimée, se double pour certains d’un sentiment d’injustice et de micro-actions qui visent à exprimer des formes de défi ou de mépris vis à vis du monopole de l’Etat sur les terres et les ressources naturelles.

Ces émotions semblent en fait renforcer l’idée que l’Etat à un pouvoir omnipotent sur ce territoire, aujourd’hui largement délaissé, où les agents de l’Etat malgré tous leurs efforts, sont impuissants à exercer un contrôle effectif sur les non-humains comme les plantes invasives où les vaches qui déambulent librement sur la route.


Mot-clé : Cuba, décollectivisation, émotions, Etat, foncier, et politiques agricoles
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Des États de sentiments. Explorer les enchevêtrements affectifs et émotionnels des fonctionnaires et des citoyens / States of Feeling: Exploring Public Servants’ and Citizens’ Affective and Emotional Entanglements

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020