Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development
Projet de loi recherche en France : motion du Bureau de l’APAD et du Comité éditorial de la revue Anthropologie & développement

Projet de loi recherche en France : motion du Bureau de l’APAD et du Comité éditorial de la revue Anthropologie & développement

Association internationale rassemblant des chercheurs du “Nord” et des “Suds”, l’association pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD) est particulièrement préoccupée par les premières orientations esquissées pour la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LLPR).

Les recherches menées par les membres de l’APAD sur l’action publique dans les pays soumis à l’ajustement structurel et aux réformes néolibérales attestent des effets désastreux de la course aux financements, de la précarisation systématique des contrats et de la compétition généralisée. Ces effets pèsent en particulier sur la qualité de l’enseignement et de la recherche menée dans les institutions du Sud.

En France, alors que l’enseignement supérieur et la recherche sont confrontés depuis de nombreuses années déjà à des restrictions budgétaires affectant leurs personnels et leurs conditions de travail, certaines dispositions de la LPPR poussent plus loin la logique inégalitaire et managériale qui sape déjà les principes d’une recherche libre et indépendante et d’une Université ouverte à toutes et tous.

Nous dénonçons ainsi collectivement les principes de base de la réforme en préparation, en solidarité avec nos collègues français, et nous appelons à une réforme de fond, renforçant une recherche publique indépendante et de qualité, respectueuse du travail de tous.

Vous trouverez ici des informations sur la LPPR et les raisons de la mobilisation de nombreuses revues scientifiques. Et là, la liste des revues mobilisées (122 à ce jour) et les motions.

Présentation du Livre  “Sécurité par le bas :  perceptions et perspectives citoyennes des défis de sécurité au Burkina Faso

Présentation du Livre “Sécurité par le bas : perceptions et perspectives citoyennes des défis de sécurité au Burkina Faso

Présentation du Livre
Sécurité par le bas : perceptions et perspectives citoyennes des défis de sécurité au Burkina Faso
Par : S. Hagberg, L.O. Kibora, S. Barry, Y. Cissao, S. Gnessi, A. Kaboré, B. Koné et M. Zongo

Jeudi le 20 février 2020 à 15.00-17.00, Institut des sciences
humaines, Sotuba ACI, en Face de l’IER-CRRA, Bamako

Tel: 76 03 81 59, 76 45 55 76 http://www.ishmali.ml/

Cette étude porte sur la sécurité par le bas au Burkina Faso, notamment les manières dont les citoyens lambda perçoivent et vivent les défis de sécurité. Elle s’intéresse à l’interface entre les enjeux locaux et les insécurités multiples : attaques armées, terrorisme, crime organisé, délinquances, exactions et bavures des forces de sécurité, pauvreté, etc. L’étude est le fruit du travail collectif d’une équipe d’anthropologues du Laboratoire d’anthropologie comparative, engagée et transnationale (LACET). Les recherches de terrain ont été menées dans 13 communes burkinabè dans le cadre d’un programme conduit par l’Université d’Uppsala (Suède) et l’Institut des Sciences des Sociétés (Burkina Faso) et financé par l’Ambassade de Suède au Burkina Faso.

L’ouvrage est disponible en copie imprimée et en ligne