Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

La gouvernance humanitaire d’un espace migratoire en Tunisie : le cas de l’immigration subsaharienne à Sfax et Médenine

La gouvernance humanitaire d’un espace migratoire en Tunisie : le cas de l’immigration subsaharienne à Sfax et Médenine

Auteur(s) : Cassarini Camille ;

La « crise migratoire » en méditerranée centrale n’en finit plus d’interroger le modèle de gestion des migrations mis en place par les États maghrébins et ceux de l’Union Européenne. Sous le registre d’une « crise qui dure », les instruments de régulations sécuritaires et humanitaires des migrations instaurés sont les objets de nombreuses critiques.

La Tunisie illustre bien la manière dont ces différents outils sont mis en œuvre. Sous le « label » du co-développement, ceux-ci s’articulent autour d’une lutte contre les causes profondes de la migration, d’un renforcement des capacités de l’État à lutter contre l’immigration irrégulière et de la diffusion d’un modèle de « bonne gouvernance des migrations », symptomatique de l’approche gestionnaire des migrations. Dans leur versant humanitaire, les acteurs internationaux et non gouvernementaux se sont imposés comme les maitres d’œuvre d’un ensemble d’outils d’assistance et d’accompagnement, financés intégralement par des bailleurs de fonds européens.

Dans ce contexte, l’immigration subsaharienne apparait comme une des populations « cibles » de cette politique gestionnaire, autour de laquelle sont financés et orchestrés un ensemble de dispositifs d’assistance mis en œuvre par cette configuration d’acteurs. Ces dispositifs, présentés comme politiquement neutres et construits « pour les droits des migrants » s’inscrivent pourtant dans des registres faisant de la migration un objet dépolitisé. Ils semblent même s’imposer aux migrants comme des outils de visibilisation de leur présence et d’ascension sociale.

Cette communication entend interroger, à travers cette configuration d’acteurs et leurs dispositifs, les modalités de production d’un contrôle de l’espace migratoire par les acteurs humanitaires. Pour ce faire, elle s’articulerait autour deux axes.

Le premier interrogerait les structures de l’espace humanitaire à travers une analyse de leurs modalités d’installation en Tunisie, des outils d’assistance mis en place ainsi que le champ social sur lequel elles se sont appuyées. Il s’agirait donc d’explorer comment et selon quelles logiques ces différentes structures se sont engagées dans l’assistance aux populations migrantes en Tunisie.

Le second axe interrogerait les effets que produisent chez les populations migrantes ces dispositifs en termes de restructuration des trajectoires migratoires et sociales, à partir de deux cas représentatifs de ces espaces humanitaires construits en temps de « crise » ; les villes de Sfax et Médenine. Il s’agirait de voir selon quelles modalités l’intégration des populations migrantes à ces espaces humanitaires produit des formes de contrôles et d’intériorisation des normes chez celles-ci.

L’articulation de ces deux axes permettrait de montrer comment les acteurs humanitaires se retrouvent engagés dans la production d’un espace frontalier aux contours mobiles et n’agissant plus seulement sur l’espace physique mais aussi social.

Ce travail s’appuie sur une enquête de terrain de 15 mois, menée entre 2016 et 2019, dans les villes de Sfax, Médenine, Tunis et Abidjan. Elle s’est composée de deux dispositifs ethnographiques regroupant 74 entretiens libres et semi-directifs, réalisés avec des individus subsahariens en migration, des travailleurs et responsables d’associations, d’organisations humanitaires non gouvernementales, intergouvernementales, des hommes et femmes d’église et des fonctionnaires tunisiens en charge des questions migratoires.


Mot-clé : Contrôle, Frontière, Humanitaire, et Immigration
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Réinventer les circulations en temps de ‘crises’ / Reinventing circulations at times of ‘crisis’ in West Africa

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020