Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Photographie coloniale et perception de l’Autre: circulation interdiscursive, transfert de savoirs et légitimation de la colonisation. Le cas de la photographie coloniale allemande au Cameroun (1884-1918)

Photographie coloniale et perception de l’Autre: circulation interdiscursive, transfert de savoirs et légitimation de la colonisation. Le cas de la photographie coloniale allemande au Cameroun (1884-1918)

Auteur(s) : Nkouda Valentin ;

La présente communication traite des images coloniales allemandes sur le Cameroun.  Il s’agit de montrer comment les images coloniales ont joué un rôle important dans le développement, la consolidation et la diffusion de la pensée coloniale  et surtout dans la légitimation de la colonisation allemande au Cameroun entre 1884 et 1918. Il est connu que dans le processus de conquête coloniale, la visualisation du monde colonial et des colonisés était une forme de culture de masse répandue en Allemagne tout comme dans l’Europe entière. La création de l’Empire colonial allemand se déroulait alors parallèlement à la naissance d’un phénomène moderne, celui de la culture de masse visuelle. Avec l’augmentation de la distribution et des possibilités de reproduction des photographies, l’attention du public allemand envers les colonies gagnait en intensité.  L’idéologie coloniale allemande connut, à travers les images coloniales, un ancrage interdiscursif dans la mesure où elle était diffusée à travers une multiplicité de genres allant du vaste éventail des formes iconographiques jusqu’aux représentations anthropologiques et ethnographiques. Dans ce contexte, les images coloniales à travers divers supports tels que: les cartes postales, les timbres, les illustrations et autres médias s’inscrivaient dans une logique de transfert de savoir sur les peuples colonisés en vue de leur appropriation. Les aspirations impériales et coloniales de l’époque, les voyages de découverte et leur adaptation par les médias de l’époque ont contribué au fait que la fascination et le spectacle de l’étranger deviennent populaire et ancrés dans la culture visuelle. Notre attention est portée dans cette contribution sur les photographies ethnographiques, missionnaires, les portraits et les photographies aux motifs exotiques. La diffusion  et la circulation de ces images dans la métropole coloniale autorise, à partir de l’histoire coloniale germano-camerounaise, à s’interroger sur les enjeux de la production d’un savoir anthropologique sur les peuples « primitifs ». Les images coloniales seront interprétées ici dans une perspective culturelle et historiographique. Une approche qui s’avère productive dans l’interprétation des images coloniales est celle des études culturelles.  La culture, au sens de l’anthropologue américain Clifford Geertz, ne sera pas considérée comme un fait qui existe en soi et peut être examiné comme un objet scientifique en laboratoire, mais comme un système de significations qui ne peut être reconnu qu’à partir d’un acte herméneutique. Vu sous cet angle, la photographie coloniale allemande sur le Cameroun sera  ancré dans  un champ sémiologique  qui à partir d’une perspective culturelle débouchera sur l’inventaire, à la fois descriptif et fonctionnel, des éléments constitutifs de la  construction de l’Autre en contexte colonial.


Mot-clé : photographie coloniale - circulation - transfert de savoir - légitimation - Cameroun
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Circulation et enjeux culturels et politiques des objets ethnographiques, le cas de la photographie coloniale / “Circulation and cultural and political challenges of ethnographic objects, the case of colonial photography”

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020