Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Migrations de retour et circularité de savoirs, de savoir-faire et de valeurs au Mali

Migrations de retour et circularité de savoirs, de savoir-faire et de valeurs au Mali

Auteur(s) : SYLLA Almamy ;

 

Les migrations de retour vont de pair avec des transferts de savoirs, de savoir-faire et de valeurs. Les migrants de retour sont à la fois des passeurs, des acteurs du changement social et des entrepreneurs politiques et économiques. Ils évaluent constamment les valeurs de justice sociale (par exemple l’accès aux logements, la gratuité des soins de santé, les primes de chômage et la protection sociale, les modes d’actions politiques, etc.) et de citoyenneté des pays d’accueil ou de transit avec celles de leur pays d’origine au retour. Au retour, ils tentent de reproduire dans les milieux d’accueil leurs expériences migratoires, la mise en pratique des savoir-faire et des savoirs techniques et les praxis économiques, politiques et sociales apprises tout au long de leurs parcours migratoires par divers modes d’actions sociales, économiques et politiques. Partant des expériences de retour des rapatriés de la Côte d’ivoire et de la Libye au Mali, nous traiterons dans cette communication la relation entre les migrations de retour et la circularité des savoirs, des connaissances et des valeurs (citoyenneté, participation politique, contestation, de liberté, d’inclusion et mise en place des niches économiques, etc.). La communication utilisera les données tirées de nos recherches doctorales et postdoctorales sur les migrations de retour à l’aune des mutations politiques, sociales et économiques en cours au Mali.


Mot-clé : circularité, migrations, retour, savoirs, et valeurs
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Circulations de modèles contestataires en Afrique : inspirations, échanges et influences transnationales /

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020


“Frontierization”: fixity and migrations (Syria and Zimbabwe in the 19th century)

“Frontierization”: fixity and migrations (Syria and Zimbabwe in the 19th century)

Auteur(s) : Rey Matthieu ;

This research explores the relationship between the creation of imperial borders in Africa and the Middle East, the intense migrations of the period, and the destruction of old pattern of organization. During the first half of the 19th century (1800-1860s), both Southern Africa and the Middle East were characterized by intense movements of people. This work focuses on two regions — of southern Zimbabwe/ Northern South Africa and the Euphrates rivers — compares how demographic realities radically changed. This occurred through the intrusion of nomadic groups who settled and reorganized the areas through new political economies and practices of land management based on a loose but real territorial control.

This massive disruption in the political landscape resulted from several factors, including environmental change and conflicts. Over the course of just a few years, new groups migrated, took root, and destroyed or completed the process of destroying prior order. At the same time, another dynamic, mostly from exogenous actors, affected the relations between authority and space.  In the region of the Euphrates River the Ottoman Empire sought to establish new fixed points of control and spatial delimitation; in Southern Africa several actors from both the mercantile and political spheres set similar events in motion. These twin processes underline a global phenomenon, frontierization, from which modern borders emerged and which deeply affected the borderlands.

A comparative approach, as Marc Bloch delineated, allows us to highlight this encounter between spatial regimes, analyzing it not as a South African dynamic with local specificities (the advent of the Boer Republic, beginning of colonial British order) nor an Ottoman process (recapturing provinces by the center) but a world dynamic in power relations. Such a comparative approach, informed by oral histories collected in both areas, traveller diaries, Ottomans records, and Zimbabwean archives, helps to clarify how nomads and sedentary powers evolved in this crucial period. The concept of frontierization refers, therefore, to the control imposed on the newcomers who had already changed the demographic, social, and economic situations. In a sense, frontierization is the direct product of a crisis as the notion underscores both destruction and advent of a new reality.


Mot-clé : borders, empire, migrations, et nomads
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Les frontières en temps de crise : circulations des personnes et des objets / Borders in Times of Crisis: Circulation of People and Objects

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020


Migrations de retour et circularité de savoirs, de savoir-faire et de valeurs au Mali

Migrations de retour et circularité de savoirs, de savoir-faire et de valeurs au Mali

Auteur(s) : SYLLA Almamy ;

Les migrations de retour vont de pair avec des transferts de savoirs, de savoir-faire et de valeurs. Les migrants de retour sont à la fois des passeurs, des acteurs du changement social et des entrepreneurs politiques et économiques. Ils évaluent constamment les valeurs de justice sociale (par exemple l’accès aux logements, la gratuité des soins de santé, les primes de chômage et la protection sociale, les modes d’actions politiques, etc.) et de citoyenneté des pays d’accueil ou de transit avec celles de leur pays d’origine au retour. Au retour, ils tentent de reproduire dans les milieux d’accueil leurs expériences migratoires, la mise en pratique des savoir-faire et des savoirs techniques et les praxis économiques, politiques et sociales apprises tout au long de leurs parcours migratoires par divers modes d’actions sociales, économiques et politiques. Partant des expériences de retour des rapatriés de la Côte d’ivoire et de la Libye au Mali, nous traiterons dans cette communication la relation entre les migrations de retour et la circularité des savoirs, des connaissances et des valeurs (citoyenneté, participation politique, contestation, de liberté, d’inclusion et mise en place des niches économiques, etc.). La communication utilisera les données tirées de nos recherches doctorales et postdoctorales sur les migrations de retour à l’aune des mutations politiques, sociales et économiques en cours au Mali.


Mot-clé : circularité, migrations, retour, savoirs, et valeurs
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Réinventer les circulations en temps de ‘crises’ / Reinventing circulations at times of ‘crisis’ in West Africa

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020


Appel à articles – Call for Paper

Appel à articles – Call for Paper

APPEL À CONTRIBUTIONS

Proposition d’un numéro thématique Anthropologie & Développement

Politiques migratoires et sécuritaires européennes : réceptions, perceptions et tactiques africaines

Coordonné par Marie Deridder, Laboratoire d’anthropologie prospective, UCLouvain, Belgique &

Lotte Pelckmans, Advanced Migration Studies, University of Copenhagen, Denmark

Propositions d’articles pour le 15 février

Voir la page de la revue

Télécharger l’appel à articles

CALL FOR PAPERS

Special Issue Proposal Anthropology & Development

EU Migration & Security politics: African receptions, perceptions and tactics

Co-edited by Marie Deridder, Laboratory for a prospective Anthropology, UCLouvain, Belgium &

Lotte Pelckmans, Advanced Migration Studies, University of Copenhagen, Denmark

Deadline for abstracts  : 15 February

See the Journal’s webpage

Download the Call for Paper