Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Les élites des marges. Mobilités étudiantes sahariennes à Cuba, ex-URSS et au Moyen Orient

Les élites des marges. Mobilités étudiantes sahariennes à Cuba, ex-URSS et au Moyen Orient

Auteur(s) : Dragani Amalia ;

Notre communication vise à explorer les mobilités qualifiantes et étudiantes d’élites sahariennes issues de groupes d’origine nomade et pastorale (Berabish et Touaregs), vers l’espace de l’ex-URSS et de Cuba et du Moyen et Proche Orient depuis les indépendances.
Comprendre ce pan d’histoire post-coloniale à partir des élites d’origine nomade et pastorale rend possible un regard sur les interactions sociales à l’œuvre dans des régions enclavées, situées dans les périphéries sociales des États dans des contextes que Veena Das définit comme étant souvent « illisibles » (Das 2004).
Basée sur des données empiriques originales et de première main, notre intervention se focalisera d’abord sur le difficile processus d’appropriation de l’institution scolaire par les nomades sahariens durant la période coloniale et post-coloniale. Ensuite, à travers une approche ethnographique et biographique qui vise à restituer le point de vue de l’étudiant, nous nous intéressons à leur expérience à dans le pays de formation à Cuba, Moscou, Kiev (Dragani 2017) et à Bagdad. Nous suivrons les étudiants dans leurs activités quotidiennes pour en décrire les conditions d’accueil et les expériences interculturelles (adaptation à la culture du pays de résidence et compréhension de nouvelles normes sociétales, expériences interculturelles, loisirs et activités extrascolaires, conditions de logement), les rapports avec les locaux (avec les étudiants « autochtones », avec d’autres étudiants étrangers, avec les enseignants et le personnel administratif, mais aussi l’état de précarité ou de « chute sociale » (mal logement, renouvellement du titre de séjour, boulots de survie). Seront touchées aussi les questions relatives à la construction de leur identité, aux intimités transnationales et aux mixités conjugales, ainsi que les dynamiques de sédentarisation et l’établissement durable des diplômés dans leurs pays de formation.
Pour terminer sera analysé à la réintégration au sein du groupe d’origine pour ceux qui, une fois obtenu le diplôme, choisissent de rentrer en Afrique : les modes de consécration, de légitimation ou de délégitimation des nouvelles élites transnationales au sein de leur même société, de l’autres les négociations et les confrontations avec les élites locales (religieuses, politiques, artistiques), aux intérêts parfois contradictoires entre elles.


Mot-clé : Mobilités étudiantes; Sahara; Touaregs-Berabish; URSS et Cuba; Moyen Orien
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Produire la connaissance aux Suds : savoirs, étudiants et enseignants (du supérieur) /

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020