Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Défi de la globalisation de la recherche sociale en environnement dans les universités africaines: Cas de l’Université de Korhogo en Côte d’Ivoire au regard du paradigme du Grand Partage convoqué par Claude Abe

Défi de la globalisation de la recherche sociale en environnement dans les universités africaines: Cas de l’Université de Korhogo en Côte d’Ivoire au regard du paradigme du Grand Partage convoqué par Claude Abe

Auteur(s) : DJANE Kabran Aristide ;

Claude Abe s’appuyant sur les travaux de Bruno Latour a exposé la particularité que présente la globalisation de la sociologie en contexte africain. Non seulement, cette sociologie globalisée recommande une dichotomie des approches de recherche, par une rupture épistémique ou méthodologique qui vise une « résistance qui mise sur l’hypostase du temps local » mais qui s’enrichie également « l’interaction et l’interdépendance des sites de production du savoir sociologique dans le monde ». Aussi, le dilemme de ce que Samir Amin appelle la déconnexion, amène le chercheur africain à faire apparaitre, une sociologie de la passerelle entre la déconstruction, l’articulation et la réappropriation. Aussi ces trois dimensions en distance du paradigme du grand partage de Claude Abe sont observées à travers le mécanisme de recherche sociale en environnement construite à l’Université de Korhogo en Côte d’Ivoire. Aussi, notre contribution s’interroge-t-elle sur la dissidence paradigmatique qui fonde les travaux de recherche sociale en environnement à Korhogo, ensuite, convoque-t-elle l’articulation à partir de son indicateur « capacité d’inventivité de la part du chercheur en situation africaine », qu’implique le décloisonnement géographique, au regard des va-et-vient de la réappropriation de l’effet de terrain au prisme de « l’articulation des spécificités de l’environnement socio-culturel et des postures analytiques communes à la communauté scientifique mondiale ». Ainsi, à partir de 97 articles de recherche sociale en environnement effectués et publiés à l’Université de Korhogo entre 2013 et 2017, une grille d’analyse de contenu matricilialisant les indicateurs des dimensions (déconstruction, articulation et réappropriation) sont conduites sur ces données secondaires (articles). Au terme, il ressort de ces travaux que seules les deux dernières dimensions à savoir l’articulation et la réappropriation transparaissent dans les travaux des chercheurs en science sociale de l’environnement de l’Université de Korhogo. La déconstruction qui milite en faveur d’une dissidence épistémique et méthodologique n’est aucunement convoquée.


Mot-clé : Claude Abe, Environnement, Globalisation, Grand Partage, et Paradigme
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Produire la connaissance aux Suds : savoirs, étudiants et enseignants (du supérieur) /

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020


La circulation des référentiels à l’échelle d’une corporation : conflit idéologique, rivalité institutionnelle et fragmentation d’une administration publique

La circulation des référentiels à l’échelle d’une corporation : conflit idéologique, rivalité institutionnelle et fragmentation d’une administration publique

Auteur(s) : Diallo Mariama ;

Cette communication propose une ethnographie de la circulation des nouveaux paradigmes transnationaux de conservation au sein d’une corporation : celle des agents des parcs nationaux . Au delà d’une analyse sur les référentiels en termes d’appropriation, de ré-interprétation voire de détournement, il est en effet pertinent de questionner comment la circulation et la mise en œuvre des référentiels à l’échelle d’une corporation et/ou d’une administration publique suscite de nouvelles re-configurations et des ajustements institutionnels.

Depuis plus de vingt ans, les politiques publiques de conservation au Sénégal font constamment l’objet de réformes comme l’introduction de nouvelles fonctions des aires protégées et la promotion de nouveaux cadres de gouvernance. Les décennies d’« impérialisme écologique » marquées par des déguerpissements, des exclusions des populations locales du premier parc national sénégalais (le parc du Niokolo Koba) ainsi que le contrôle des aires protégées par l’administration de conservation ( notamment la direction des parcs nationaux-DPN) laissent place à des cadres de gestion « participatifs » et « partenariaux ». Cette évolution est le résultat de l’introduction depuis les années 90 de nouveaux normes et paradigmes de conservation. Elle structure désormais les missions des agents sur le terrain, le profil des fonctionnaires à recruter, leurs postures, leurs cultures professionnelles et parfois même leurs rapports à l’Etat. A la suite des travaux des policy transfers studies, qui mettent l’accent sur la dimension exogène des réformes et oriente leurs réflexions en termes de domination des bailleurs de fonds (Charlier, 2003 ; Gupta et Sharma, 2006) et ceux qui appellent à être attentif aux nouvelles re-configurations qu’elles suscitent et qui font désormais partie du processus de formation continu de l’État, de sa reproduction (Hibou 1999 ; Gomez-Temesio, 2014 ; Diallo, 2013), je souhaite aborder un autre angle d’analyse. A la DPN, tous les fonctionnaires n’entretiennent pas le même rapport aux nouveaux référentiels de conservation. On serait tenter de parler de l’émergence d’une administration à deux vitesses, non pas en référence aux projets de développement mais à la posture vis-à-vis des référentiels: les promoteurs d’une appropriation des nouvelles normes de conservation et les résistants qui souhaitent que l’administration conserve son identité initiale. De cette  disjonction naissent des conflits internes et idéologiques, des rivalités institutionnelles qui ne sont pas sans impact sur le fonctionnement au quotidien de l’administration (ses grandes orientations, les affectations, le contrôle des postes de responsabilité, etc.). Elle vient par ailleurs renforcer la fragmentation de l’identité commune des agents de la corporation. Au final, la circulation et la mise en œuvre des référentiels transnationaux de conservation au sein d’une corporation sont une entrée pour explorer les dynamiques actuelles des administrations de conservation.

Le corpus qui sera utilisé lors de cette communication est constitué d’entretiens, d’observations et de biographies de plusieurs fonctionnaires recueillies entre 2014 et 2017 dans le cadre d’une thèse de doctorat.


Mot-clé : conflit, conservation, corporation, idéologie, et Paradigme
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Les circulations des référentiels et des instruments d’action publique / Circulation of policy frames and tools

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020