Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Une citoyenneté contestée au Maroc ? Etude de la revendication de la déchéance de la nationalité

Une citoyenneté contestée au Maroc ? Etude de la revendication de la déchéance de la nationalité

Auteur(s) : El Gharbi Zineb ;

Fin septembre 2018 ont eu lieu des expulsions de bidonvilles au quartier Ain Sebaa de Casablanca, suivies par la destruction de ces habitations par les autorités. Les habitants de ces occupations détruites ont réagi en faisait part de leur humiliation, hogra, dans un premier temps. Remettant en cause le statut de leur “citoyenneté”, ils ont décidé d’entreprendre une marche jusqu’à Ceuta – enclave espagnole au nord du pays – pour demander le droit à l’asile politique. Dans le texte qu’ils ont produit pour communiquer à cet effet, les habitants précisent que l’asile est un “droit universel garanti par les traités et conventions internationales”, avant de conclure par la phrase suivante : “qui n’a pas de logement, n’a pas de patrie”.

Fin août 2019 six détenus politiques rifains, incarcérés pour leur participation au Hirak du Rif, ont rendu public un communiqué dans lequel ils affirment leur détermination “à abandonner la nationalité de l’État marocain et sa déchéance, ainsi qu’à rompre le lien d’allégeance, à partir de la date de parution” du communiqué. Ils concluent le communiqué comme suit : “Nous pleurons la patrie, nous lui avons sacrifié la fleur de notre âge et nous lui donnerons notre vie, cependant, nous ne serons jamais prêts à cautionner un État qui veut enterrer un peuple, une patrie et un rêve d’une dignité et d’une liberté”.

A travers ces déclarations et ces actes, ce sont des fonds d’appartenances qui sont remis en question. L’Etat est un cadre dans lequel s’exprime un cumul d’appartenances concurrentes. Nous cherchons à comprendre l’échelle d’activation de ces appartenances et de leurs influences sur les individus. Ce qui revient à poser la question du degré d’intégration de ces individus dans la cité moderne qu’incarne l’Etat marocain. Plusieurs revendications se croisent, plusieurs modalités d’action ou d’agir varient selon, non seulement les contextes, mais aussi les moyens et les outils dont disposent les concernés (apparitions sur différents supports de médias, publications sur les réseaux sociaux). Ces éléments nous conduisent à questionner avec profondeur la fabrique de ce sentiment d’appartenance à une entité abstraite, l’Etat, qui façonne les règles de conduite et les droits de ses sujets. Le sens de la citoyenneté nous semble dans ce cas distant de celui que l’on peut lui donner au nord de la Méditerranée, non seulement pour des questions de contextes mais aussi pour des questions pratiques et historiques. Qu’est ce qui crée le sentiment de communauté au sud de la Méditerranée et au Maroc précisément ? En ce sens, qu’est ce que faire “sacrifice” pour faire communauté ? Quels sont les facteurs et les fonds d’appartenances qui satisfont ce sentiment national ou au contraire, qui poussent à l’envie de déchoir sa nationalité et de migrer ?

Notre projet de communication tient compte de deux éléments liés aux deux événements relevés. Le premier questionne le sens de la citoyenneté en tant que sentiment d’appartenance à un Etat et d’accès à des droits. Le second concerne la déchéance de la nationalité comme droit, qui implique de son côté le droit de fuir et le droit à l’assistance internationale par la convocation des instances et du droit à l’asile politique. Pouvons nous dès lors affirmer l’existence d’un autre droit dans celui qui consiste au refus de la citoyenneté ? Est ce que le droit de fuite fait partie des droits citoyens ?


Mot-clé : citoyenneté, émigration, information, médias, et répertoire d'action
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Circulations de modèles contestataires en Afrique : inspirations, échanges et influences transnationales /

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020


Le sentiment de citoyenneté à l’épreuve des conflits agropastoraux et inter-communautaires au Bénin

Le sentiment de citoyenneté à l’épreuve des conflits agropastoraux et inter-communautaires au Bénin

Auteur(s) : ELIJAN DJAOUGA Bélou Abiguël ;

Les antagonismes inter-communautaires sur fond de conflits agropastoraux dans certaines communes au Bénin sont devenus récurrents, cycliques sous le regard impuissant des forces de sécurité publique et des autorités locales. Ces faits souvent rapportés dans les presses locales et nationales sont la partie visible de l’iceberg d’une radicalisation de certaines ethnies pouvant conduire à la défiance de l’Etat et à l’extrémisme violent. L’ethnicité a servi à analyser les systèmes politiques, les modes de gouvernance politique basés sur le tribalisme, le clientélisme et les conflits qui ont marqués et continuent de marquer l’histoire du continent africain (Kamdem & al.,2004). L’ethnicité est un paradigme scientifique pertinent et significatif dans l’analyse des conflits et stratégies politiques de développement notamment au Bénin (Elijan, 2013, 2018). Face à « la vision stéréotypée fondée d’abord sur la valorisation de l’image de soi, une démarche qui déprécie automatiquement l’autre » (Tingbé-Azalou,2011), on assiste au renforcement des groupes ethniques qui revendiquent leurs identités et droit à la différence de manière permanente, contribuant à marquer l’exclusion d’autres ethnies non adhérentes. Au-delà des facteurs socio-économiques, le citoyen est un maillon de la chaîne de valeur pouvant permettre de mesurer et d’analyser les politiques publiques, l’efficacité du processus de consolidation de l’Etat ou sa probable déstabilisation. Le sentiment de citoyenneté se construit à travers l’attachement que le citoyen a de l’Etat en tant que nation et de ceux qui le représentent, mais également de la gestion et de l’importance que ceux-ci accordent à ses besoins de survie et de sécurité. Or, le règlement des conflits fonciers dégénère souvent en tensions inter-communautaires et en défiance entre les autorités locales et les différents groupes sociaux défendant chacun ses intérêts pour sa survie. Ainsi, les communes de Ifangni, Pèrèrè et Karimama présentent des signes de radicalisation face aux réponses jugées très peu satisfaisantes que l’Etat et les collectivités locales apportent à leur problème. Pour les acteurs, le problème met la quiétude sociale en péril, radicalisant certains acteurs qui se sentent lésés par l’Etat et le système de gestion du foncier. Pour mieux appréhender les enjeux de ces contentieux sur le sentiment de citoyenneté des groupes mis souvent en cause dans ces conflits, une recherche est entreprise sur le sentiment de citoyenneté face à la gestion des conflits agropastoraux et inter-communautaires. Cette recherche a nécessité une enquête de terrain, pour la collecte des données qualitatives grâce à une approche socio-anthropologique qui a permis d’identifier les groupes stratégiques et les différentes parties prenantes. Les résultats permettent de comprendre qu’au Bénin, les facteurs de radicalisation sont principalement la vulnérabilité qui se décomposent en facteurs répulsifs de sentiments d’exclusion d’un système qui conduit à l’auto-défense. Les facteurs qui constituent des terreaux fertiles vers cette radicalisation sont multiples mais n’en demeurent pas moins la stigmatisation, la vulnérabilité face à l’accès aux services de base, le sentiment de rejet et une perception piètre de soi, l’absence de solutions convenables, le désir de se prendre en main quel que soit les moyens.


Mot-clé : Bénin, citoyenneté, conflits inter-communautaires, et radicalisation
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Des États de sentiments. Explorer les enchevêtrements affectifs et émotionnels des fonctionnaires et des citoyens / States of Feeling: Exploring Public Servants’ and Citizens’ Affective and Emotional Entanglements

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020