Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Migrations de retour et circularité de savoirs, de savoir-faire et de valeurs au Mali

Migrations de retour et circularité de savoirs, de savoir-faire et de valeurs au Mali

Auteur(s) : SYLLA Almamy ;

 

Les migrations de retour vont de pair avec des transferts de savoirs, de savoir-faire et de valeurs. Les migrants de retour sont à la fois des passeurs, des acteurs du changement social et des entrepreneurs politiques et économiques. Ils évaluent constamment les valeurs de justice sociale (par exemple l’accès aux logements, la gratuité des soins de santé, les primes de chômage et la protection sociale, les modes d’actions politiques, etc.) et de citoyenneté des pays d’accueil ou de transit avec celles de leur pays d’origine au retour. Au retour, ils tentent de reproduire dans les milieux d’accueil leurs expériences migratoires, la mise en pratique des savoir-faire et des savoirs techniques et les praxis économiques, politiques et sociales apprises tout au long de leurs parcours migratoires par divers modes d’actions sociales, économiques et politiques. Partant des expériences de retour des rapatriés de la Côte d’ivoire et de la Libye au Mali, nous traiterons dans cette communication la relation entre les migrations de retour et la circularité des savoirs, des connaissances et des valeurs (citoyenneté, participation politique, contestation, de liberté, d’inclusion et mise en place des niches économiques, etc.). La communication utilisera les données tirées de nos recherches doctorales et postdoctorales sur les migrations de retour à l’aune des mutations politiques, sociales et économiques en cours au Mali.


Mot-clé : circularité, migrations, retour, savoirs, et valeurs
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Circulations de modèles contestataires en Afrique : inspirations, échanges et influences transnationales /

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020


Orpaillage et circulation d’objets et de savoirs dans le Sud et l’Ouest du Mali

Orpaillage et circulation d’objets et de savoirs dans le Sud et l’Ouest du Mali

Auteur(s) : TRAORE N'gna ;

L’activité d’orpaillage au Mali est une pratique séculaire qui remonte aux empires pré-coloniaux. Ses outils et ses techniques de production ont évolué, et se sont diffusés, dans le temps, se traduisant par la mécanisation du secteur et le recours aux méthodes modernes de traitement du minerai. Les objets et les savoirs d’orpaillage se sont également diffusés dans l’espace au fur et à mesure de la multiplication des sites artisanaux dans les zones aurifères du pays et en Afrique de l’Ouest.

Cette communication se propose d’analyser les mécanismes de la circulation des objets et savoirs d’orpaillage dans le Sud et l’Ouest du Mali. La transmission verticale, autrement dit, la diffusion de ces objets et savoirs dans le temps, et celle qui a lieu de manière horizontale, dans l’espace, sont les axes majeurs de notre communication.

Nous nous appuyons sur une approche ethnographique multi-acteur et multi-située. Les données ont été collectées dans le cadre de nos recherches doctorales à Kadiolo (Sud), en mars, avril et septembre 2017, et dans le cadre du programme de recherche de l’Institut des Sciences Humaines de Bamako portant « Orpaillage au Mali : enjeux et logiques d’acteurs » à Kangaba (Ouest) entre juillet et novembre 2019.

Nos analyses révèlent que malgré la forte mécanisation et modernisation des procédés d’extraction de l’or, les outils et les savoir-faire traditionnels sont toujours recourus par les orpailleurs. Des mécanismes de diffusion verticale des savoirs locaux, font que certaines catégories sociales ou clans/lignages détiennent la maîtrise des méthodes traditionnelles de prospection, de boisage des puits et de secours, en cas d’accident sur les sites. En outre, l’orpaillage, autrefois une activité de productions des ressources d’appoint, devient une profession où le savoir et les outils sont parfois transmis des parents aux enfants.

Quant à la diffusion horizontale des objets et savoirs d’orpaillage, elle est favorisée par la mobilité intra régionale des orpailleurs. En effet, ceux-ci se déplacent de sites en sites de la même localité ou région, ou de pays en pays selon les échos de production d’or. Cette mobilité s’accompagne de circulation d’outils de production et de techniques de traitement du minerai, qu’ils soient artisanaux ou modernes, mais aussi de savoir-faire, de normes d’exploitation et de gestion des sites.

La circulation des objets, savoirs et normes d’orpaillage pose la question des rapports entre compétences professionnelles et identité et celle de la frontière entre les pratiques d’extraction et de gestion sur différents sites notamment en zones frontalières du Sud et de l’Ouest du Mali, caractérisées par une forte mobilité intra et interrégionale.


Mot-clé : circulation, identité, objets, Orpaillage, et savoirs
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Acteurs, modalités matérielles et technologies des circulations dans les Suds / Actors, Materialities and Technologies of Circulations in the Global South

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020


Migrations de retour et circularité de savoirs, de savoir-faire et de valeurs au Mali

Migrations de retour et circularité de savoirs, de savoir-faire et de valeurs au Mali

Auteur(s) : SYLLA Almamy ;

Les migrations de retour vont de pair avec des transferts de savoirs, de savoir-faire et de valeurs. Les migrants de retour sont à la fois des passeurs, des acteurs du changement social et des entrepreneurs politiques et économiques. Ils évaluent constamment les valeurs de justice sociale (par exemple l’accès aux logements, la gratuité des soins de santé, les primes de chômage et la protection sociale, les modes d’actions politiques, etc.) et de citoyenneté des pays d’accueil ou de transit avec celles de leur pays d’origine au retour. Au retour, ils tentent de reproduire dans les milieux d’accueil leurs expériences migratoires, la mise en pratique des savoir-faire et des savoirs techniques et les praxis économiques, politiques et sociales apprises tout au long de leurs parcours migratoires par divers modes d’actions sociales, économiques et politiques. Partant des expériences de retour des rapatriés de la Côte d’ivoire et de la Libye au Mali, nous traiterons dans cette communication la relation entre les migrations de retour et la circularité des savoirs, des connaissances et des valeurs (citoyenneté, participation politique, contestation, de liberté, d’inclusion et mise en place des niches économiques, etc.). La communication utilisera les données tirées de nos recherches doctorales et postdoctorales sur les migrations de retour à l’aune des mutations politiques, sociales et économiques en cours au Mali.


Mot-clé : circularité, migrations, retour, savoirs, et valeurs
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Réinventer les circulations en temps de ‘crises’ / Reinventing circulations at times of ‘crisis’ in West Africa

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020