Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Dakar : les acteurs du système de transports et les politiques publiques de modernisation

Dakar : les acteurs du système de transports et les politiques publiques de modernisation

Auteur(s) : Sakho Papa ;

La grande ville africaine née de la mondialisation dans sa phase internationalisation du XIXème siècle-début XXème siècle est devenue depuis le début du XXIème siècle la figure emblématique de la « métropole des infrastructures ». Elle symbolise l’image d’une Afrique moderne et branchée sur les flux mondiaux aux yeux des décideurs des Etats africains et bailleurs de fonds internationaux. Elle est ainsi portée par des politiques publiques soutenues par des investissements privilégiant la modernisation des grandes infrastructures et particulièrement de transports urbains.

De Rabat au Cap et de Dakar à Nairobi, à l’image des villes européennes et américaines, chacune d’elle dispose de son métro, tram, train express, système de Bus transit rapid selon le cas en exploitation ou au moins en projet. Mais partout, l’exploitation de ces grandes infrastructures vient se superposer à un système préexistant dit informel ou artisanal de transport en commun connu pour sa capacité de génération d’activités de survie dans un contexte d’un marché du travail exigu. Suite aux tentatives de modernisation aux résultats mitigés par le renouvellement de l’outil de travail et de professionnalisation des acteurs, de quelle manière les acteurs du système envisagent-ils ces politiques publiques de modernisation des métropoles africaines ?

Pour répondre à cette question, Dakar pour avoir abrité depuis les années 1990 toutes les politiques de modernisation de transport et aujourd’hui à l’ère du train express et du BRT constitue un terrain pertinent d’observation. Les données mobilisées résultent d’une enquête quantitative sur un échantillon de 180 acteurs du système de transport répartis entre 6 sites de transport informel de Dakar en octobre 2019.

La communication est axée autour de trois points. Le premier porte sur une analyse des politiques publiques de modernisation de la mobilité urbaine. Le second présente une photographie des acteurs du système de transport actuel. Enfin dans un troisième point sont abordées les perceptions et attitudes acteurs du système vis-à-vis des politiques de modernisation


Mot-clé : Afrique, dakar, informel, métropole, modernisation, et transport
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Aux limites de la mobilité Pour quelles circulations en Afrique les infrastructures de transport sont-elles modernisées ? / At the frontier of mobility For which African circulations are transport infrastructures modernized?

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020


LES REPRESENTATIONS LIEES A LA POSSESSION ET  A L’UTILISATION DES MOTOS CHINOISES AU TOGO : CAS DE LA VILLE DE LOME

LES REPRESENTATIONS LIEES A LA POSSESSION ET  A L’UTILISATION DES MOTOS CHINOISES AU TOGO : CAS DE LA VILLE DE LOME

Auteur(s) : Dodji Yaovi HOUNTONDJI ;

Résumé:

Depuis quelques années, les motos chinoises sont devenues un mode de transport par excellence dans la plupart des grandes villes en Afrique au sud du Sahara. Dans la ville de Lomé, ces engins motorisés à 2 et 3 roues font désormais partie du quotidien de la population. Ce choix modal pour les courses en ville et autres prestations de services s’explique par son accessibilité en termes de coûts et sa disponibilité dans la ville de Lomé. Qu’il s’agisse des utilisateurs privés, des prestataires de service ou des bénéficiaires des services de ces engins, chacun a sa représentation sur ces engins de fabrication chinoise. L’objectif général de cette recherche est d’analyser les différentes  représentations  liées à la possession et à l’utilisation de ces motos  de fabrication chinoise. La méthodologie de cette recherche s’appuie sur la démarche inductive visant à faire ressortir ces représentations, c’est-à-dire les sens que les utilisateurs construisent autour de la  possession et de l’utilisation de ces engins. Les principaux résultats issus de cette recherche s’articulent autour  des grands axes notamment  la possession de la moto comme étant un signe d’ascension sociale ; les  motos chinoises qui sont le symbole de l’aide chinoise ; les motos chinoises qui sont perçues comme des  engins de modeste qualité et enfin la représentation de la moto chinoise comme engin de revendication de l’identité féminine.

 

 


Mot-clé : ascension, identité, Motos chinoises, qualité, représentations, et transport
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel « Made in China » dans les ménages africains : valorisations sociales ambivalentes et pratiques de consommation innovantes / « Made in China » in African households: differing social valuations and innovative consumption practices

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020


Les « transportants » de Kisangani : bus Indiens, moteurs Chinois et biographies socio-techniques (Kisangani, RDC).

Les « transportants » de Kisangani : bus Indiens, moteurs Chinois et biographies socio-techniques (Kisangani, RDC).

Auteur(s) : Lambertz Peter ; Liagologa Victor Yaaya ;

A l’exemple des bus Indiens opérant sur l’axe routière Kisangani – Kampala, et des moteurs chinois propulsant une flotte grandissante de baleinières sur le fleuve Congo, notre contribution s’interroge sur la vie sociale que mènent des technologies de transport d’origine asiatique avec les acteurs d’une nouvelle classe d’entrepreneurs à Kisangani. Ces technologies de transport, qui se sont installées entièrement à l’insu de politiques publiques ou d’initiatives de développement, offrent des opportunités à un nombre grandissant de nouveaux acteurs économiques et techniques (mécaniques, d’ingénierie, etc.). Leur succès est basé sur l’assemblage et l’interaction habiles de matériaux, de savoirs-faire, de corps et de rapports sociaux, qui assurent leur fonctionnement. Notre intervention s’interroge ainsi sur les continuités et les aspects nouveaux des nœuds sociotechniques des « transportants » de Kisangani.


Mot-clé : baleinières, biographie, bus, Kisangani, socio-technique, technique, et transport
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Acteurs, modalités matérielles et technologies des circulations dans les Suds / Actors, Materialities and Technologies of Circulations in the Global South

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020