Association pour l’anthropologie du changement social et du développement
Association for the anthropology of social change and development

Les femmes diplômées du supérieur et l’organisation du travail domestique à Dakar. Quels liens entre trajectoires exceptionnelles et émancipation féminine ?

Les femmes diplômées du supérieur et l’organisation du travail domestique à Dakar. Quels liens entre trajectoires exceptionnelles et émancipation féminine ?

Auteur(s) : Laure MOGUEROU ;

Les postulats sous-jacents aux injonctions des bailleurs de fond et institutions internationales d’aide au développement –traduits, réinvestis et réappropriés dans les politiques nationales des pays dits en développement–lient, presque mécaniquement, scolarisation des filles, emploi des femmes et « émancipation féminine » (Calvès, 2014). Le Sénégal n’échappe pas à cette tendance générale : le pays s’est engagé en 2015 à atteindre 17 objectifs de développement durable d’ici à 2030, dont le N°5 relatif à « l’autonomisation des femmes et des filles » et a élaboré un cadre politique de référence en faveur de « la promotion de la femme » et de « l’égalité des femmes et des hommes », la stratégie nationale d’égalité et d’équité de genre (pour la période 2016-2026). Ces textes présentent l’éducation des filles et le travail des femmes comme jouant un rôle central dans le processus d’émancipation féminine.

En m’appuyant sur les données d’une enquête inédite conduite à Dakar combinant matériaux quantitatifs et qualitatifs, je montrerai que cette évidence mérite d’être examinée de plus près. L’attention sera centrée sur les femmes dakaroises en couple, actives, et de niveau scolaire supérieur. Ces femmes restent marginales d’un point de vue statistique –elles représentaient moins de 10% des femmes de 25-50 ans dans la région de Dakar selon les données du dernier recensement de la population (2013)– mais apparaissent comme un point d’observation stratégique. Elles sont en effet celles susceptibles de connaître un « desserrement des contraintes matérielles qui fondent l’assignation prioritaire des femmes au domestique et à la carrière maritale comme seule stratégie d’insertion sociale et d’accès (indirect) aux ressources économiques » (Delphy, 1970). S’intéresser à ces trajectoires féminines relativement « exceptionnelles » permettrait ainsi de saisir les effets émancipatoires de leur irruption dans des bastions qui se conjuguent, encore aujourd’hui, essentiellement au masculin : acquièrent-elles ainsi la capacité à contourner les contraintes familiales, matrimoniales ou statutaires qui pèsent sur elles ? Se saisissent-elles de ces opportunités pour « se libérer, individuellement et/ou collectivement, des structures oppressives qui perpétuent la domination masculine » (Adjamagbo, Calvès, 2012) ?

Pour répondre à ces questions, nous centrerons l’analyse sur l’organisation matérielle du travail domestique et de care familial et sur les discours sur cette organisation. A l’instar de Lapeyre et le Feuvre (2004), il nous semble que la manière dont les femmes racontent leurs pratiques quotidiennes en la matière constitue « un indicateur empirique assez fiable de leur positionnement – objectif et subjectif – par rapport au système dominant du genre». Par ailleurs, ces mêmes discours permettent « de caractériser le potentiel de transgression de la hiérarchie sexuée » que représente l’accès des femmes à des positions qui étaient jusqu’alors occupés par des hommes. Ce faisant les analyses permettront de statuer sur la capacité (et volonté) de ces femmes  éduquées et actives à résister aux injonctions sociales et à lutter pour une égalité réelle dans la vie de tous les jours.


Mot-clé : dakar, éducation des filles, émancipation, emploi des femmes, organisation domestique, rapports de genre, and Sénégal
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel La circulation de la notion « d’autonomisation des femmes » dans le développement et ses effets sur les rapports sociaux de sexe : perspectives critiques /

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020


Dakar : les acteurs du système de transports et les politiques publiques de modernisation

Dakar : les acteurs du système de transports et les politiques publiques de modernisation

Auteur(s) : Sakho Papa ;

La grande ville africaine née de la mondialisation dans sa phase internationalisation du XIXème siècle-début XXème siècle est devenue depuis le début du XXIème siècle la figure emblématique de la « métropole des infrastructures ». Elle symbolise l’image d’une Afrique moderne et branchée sur les flux mondiaux aux yeux des décideurs des Etats africains et bailleurs de fonds internationaux. Elle est ainsi portée par des politiques publiques soutenues par des investissements privilégiant la modernisation des grandes infrastructures et particulièrement de transports urbains.

De Rabat au Cap et de Dakar à Nairobi, à l’image des villes européennes et américaines, chacune d’elle dispose de son métro, tram, train express, système de Bus transit rapid selon le cas en exploitation ou au moins en projet. Mais partout, l’exploitation de ces grandes infrastructures vient se superposer à un système préexistant dit informel ou artisanal de transport en commun connu pour sa capacité de génération d’activités de survie dans un contexte d’un marché du travail exigu. Suite aux tentatives de modernisation aux résultats mitigés par le renouvellement de l’outil de travail et de professionnalisation des acteurs, de quelle manière les acteurs du système envisagent-ils ces politiques publiques de modernisation des métropoles africaines ?

Pour répondre à cette question, Dakar pour avoir abrité depuis les années 1990 toutes les politiques de modernisation de transport et aujourd’hui à l’ère du train express et du BRT constitue un terrain pertinent d’observation. Les données mobilisées résultent d’une enquête quantitative sur un échantillon de 180 acteurs du système de transport répartis entre 6 sites de transport informel de Dakar en octobre 2019.

La communication est axée autour de trois points. Le premier porte sur une analyse des politiques publiques de modernisation de la mobilité urbaine. Le second présente une photographie des acteurs du système de transport actuel. Enfin dans un troisième point sont abordées les perceptions et attitudes acteurs du système vis-à-vis des politiques de modernisation


Mot-clé : Afrique, dakar, informel, métropole, modernisation, and transport
Toutes les communications appartenant au même panel :

Voir le panel Aux limites de la mobilité Pour quelles circulations en Afrique les infrastructures de transport sont-elles modernisées ? / At the frontier of mobility For which African circulations are transport infrastructures modernized?

Voir tous les panels du colloque Apad conference 2020